Quels sont les trimestres pris en compte pour la retraite anticipée ?

1190
Partager :
retraite anticipée

La loi permet aux employés de prendre une retraite anticipée selon le cas présenté. Ainsi, sans avoir l’âge normal de la retraite, ces derniers peuvent cesser toute activité. Toutefois, pour l’accorder, certains trimestres sont pris en compte. Quels sont-ils ? Découvrez-les ici.

Les trimestres cotisés pour la retraite anticipée : ce qu’il faut savoir

Pour vous accorder la retraite anticipée, les trimestres cotisés sont pris en compte. En effet, il s’agit des trimestres durant lesquels vous aviez réellement travaillé en tant qu’employé en activité. Aussi, il peut s’agir de la durée de votre assurance cotisée. Ces trimestres sont acquis grâce à des prélèvements sociaux faits sur les revenus.

A lire également : Préparez votre retraite avec ces stratégies d'épargne performantes

Toutefois, les trimestres cotisés ne concernent pas seulement les périodes d’activité. Ils prennent aussi en compte certaines périodes où l’employé n’a pas travaillé. Il y a pour commencer le trimestre de congés de maternité, les saisons d’invalidité de moins de deux trimestres. De même, les congés de maladie de moins de 4 trimestres ainsi que les périodes de chômage dédommager de moins de 4 trimestres sont aussi comptés.

Par ailleurs, vous avez aussi la période de service national au cours de laquelle vous aviez été objecteur de conscience. Cependant, notez que cette période n’est prise en compte que si elle a duré moins de 4 trimestres.

A lire en complément : La retraite spirituelle, une opportunité de se recentrer sur l'essentiel

Les trimestres assimilés pour la retraite anticipée : que dire ?

retraite anticipée

Il y a trimestre assimilé lorsque certaines situations vous empêchent d’exercer et vous poussent de ce fait à accumuler les trimestres cotisés. En effet, vous bénéficiez de ces trimestres juste dans des cas spécifiques.

D’abord, vous avez les congés de maternité ainsi que de paternité. Ensuite, vous avez les périodes de chômage et de maladie et beaucoup d’autres cas. De même, toute personne ayant été en détention provisoire peut bénéficier des trimestres assimilés.

En d’autres termes, les trimestres assimilés regroupent toutes les périodes durant lesquelles le travailleur a été obligé d’interrompre son travail pour des raisons bien justifiées. C’est même pour cela que ces périodes sont prises en charge.

Les autres trimestres

En dehors des deux trimestres présentés ci-dessus, d’autres peuvent vous aider à avoir le nombre de trimestres exigé pour bénéficier d’une requête anticipée. D’abord, il y a les trimestres validés. Après cela, vous avez les périodes durant lesquelles le travailleur accomplissait une mission à l’extérieur. Aussi, sont prises en compte les périodes que l’entreprise a considérées comme étant des périodes de travail.

En outre, si le travailleur a les certificats lui permettant de profiter des majorations de pension, il peut les ajouter aux trimestres pour l’obtention de sa retraite anticipée. En gros, avec ces différents éléments, vous pouvez avoir des trimestres à compter pour votre retraite.

Les trimestres validés par rachat pour la retraite anticipée : comment ça marche ?

En plus des trimestres cités précédemment, vous pouvez racheter certains d’entre eux afin de faciliter l’obtention de votre retraite anticipée. La méthode est simple : le travailleur verse une somme à la Caisse nationale d’assurance vieillesse (CNAV) pour que cette dernière prenne en compte les trimestres correspondants.

L’intérêt dans le rachat des trimestres est qu’il permet au travailleur ayant eu une carrière incomplète d’avoir suffisamment de trimestres pour obtenir sa pension. À noter que cette pratique ne peut être effectuée qu’à titre volontaire et n’est pas obligatoire.

Le montant du rachat dépendra essentiellement du nombre de trimestres ainsi que de l’âge du demandeur. Il faut savoir aussi que cette opération n’est possible qu’une seule fois par année civile et doit être faite cinq ans avant la date prévue pour la liquidation des pensions.

Pour résumer, si vous avez besoin de quelques trimestres supplémentaires pour atteindre le seuil nécessaire à l’obtention de votre retraite anticipée, pensez au rachat !

Les trimestres acquis à l’étranger pour la retraite anticipée : quelles sont les règles ?

Si vous avez travaillé à l’étranger, il faut des accords bilatéraux signés entre la France et le pays où vous avez exercé.

En général, ces accords permettent aux travailleurs ayant cotisé dans plusieurs États d’avoir une seule pension au moment de leur départ à la retraite. Pour cela, ils peuvent bénéficier de la prise en compte des trimestres acquis dans chaque pays avant leur retour définitif en France.

Il faut cependant noter qu’il y a souvent des différences entre les systèmes de sécurité sociale selon les pays. Par conséquent, certaines périodes ne seront pas prises en compte ou bien elles seront soumises à un coefficient multiplicateur afin d’ajuster leur montant au système français.

Pour faire valider vos trimestres étrangers auprès du régime français, vous devez adresser une demande spécifique au Centre des liaisons européennes et internationales de sécurité sociale (CLEISS) qui se chargera ensuite d’informer les caisses françaises compétentes. En cas de difficultés ou si vous souhaitez avoir plus d’informations sur cette procédure complexe, n’hésitez pas à contacter un conseiller spécialisé.

N’oubliez pas que même avec l’aide précieuse du CLEISS pour faciliter vos démarches administratives liées aux compléments trimestriels étrangers lors du processus lié à la retraite anticipée française, cela prend parfois beaucoup de temps et peut être source d’inquiétudes.

Partager :